Image
Top
Navigation
26 mars 2017

Le Web nous oblige à adapter nos contenus

 

Écrire sur le Web est un nouvel exercice aujourd’hui. L’écriture 2.0 consomme beaucoup de contenus.

Pourquoi?

Réfléchissons à la manière dont nous lisons sur internet. Au bureau, chez soi, sur son smartphone… La lecture est aujourd’hui mobile et ses contenus sont consommés de manière nomade. 30 secondes est le temps passé sur un site web et 3 secondes suffisent à cliquer sur une page de résultats.

Notre oeil scanne le texte pour en extraire ce qui l’intéresse. On ne lit pas vraiment.

Nous mettons en moyenne 3/10ème de secondes pour scanner un écran et en retirer les infos principales.

La communication 2.0 n’est plus unidirectionnelle  mais plutôt adaptée à la diversité des multiples canaux de réseaux d’information.

Nous sommes passés d’une communication de masse à une masse de communications en flux continus 24/24, 7j/7.

La communication sur le Web doit se segmenter à l’extrême car elle s’adresse à l’individuel :

• Chaque internaute est unique

• Chaque recherche est unique

• Chaque navigation est unique

Le web c’est avant tout :

1. Être visible et plaire à Google ;

2. Être lu avec des contenus qui ont du relief ;

3. Être compris et gagner en visibilité.

On ne peut plus envisager aujourd’hui le web comme une branche séparée de sa communication mais bien comme partie intégrante dans sa stratégie de communication. Blogs, forums, messages et signes, site, photos, vidéos, liens… les contenus ne manquent pas. Encore faut-il toucher sa cible selon son activité, selon le moment de la journée où cette dernière préférera lire un article, écouter un podcast ou regarder une vidéo. Tout l’enjeu du Web aujourd’hui est de stimuler l’attention.

En 10 ans, internet est devenu l’outil prédominant de contenu avec une quasi exhaustivité des sujets et une fenêtre ouverte sur le monde.
Le communicant aujourd’hui a l’obligation de toucher son public et l’obligation de se faire comprendre car nous sommes régis par une culture de l’immédiateté où la lisibilité demeure (lisibilité matérielle et lisibilité intellectuelle d’un contenu web). Il existe 9 fois plus de contenus disponibles à la consultation qu’il y a 5 ans.

Investir dans le contenu est une stratégie gagnante ! Il s’agit d’être meilleur : en positionnement sur les pages de résultats, en acquisition de notoriété, trafic, fidélisation… Une affirmation de type «nos produits sont de qualité» ne résistera pas à un vrai contenu de type «pourquoi nos produits sont de qualité».

Un texte écrit pour le papier n’est pas adapté pour le Web. Il faut adapter les contenus aux interfaces des terminaux et la mobilité accentue vers le plus facile et le plus rapide à lire.

Un adulte lit en moyenne 250 mots par minute. Un internaute lui passe 7 secondes sur la page de résultats d’un moteur de recherche avant de décider de cliquer ici ou là. L’internaute est dans le multitasking : le multitâches c’est à dire l’usage simultané de plusieurs écrans (comme regarder la tv en jouant avec son smartphone ou en communiquant sur son ordinateur avec ses amis). Les internautes viennent chercher un contenu utile voir un « Killer Content » ! (Gerry McGovern). « Scannable », notre lecture 2.0 est un incessant balayage visuel dans lequel il faut convaincre en quelques secondes !

Initiales Créatives vous accompagnent à la fois dans le web design de vos supports digitaux mais aussi dans leurs contenus.